Toute l'actualité

[archive] Communiqué de presse de Najat Vallaud-Belkacem - Réaction aux déclarations de Mme Le Pen, députée européenne, présidente du Front national
Communiqué de presse - Najat Vallaud-Belkacem - 08/12/2016

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter

La présidente du Front national a annoncé aujourd’hui sa volonté de mettre fin à la scolarisation des enfants étrangers si elle était élue présidente de la République, précisant par la suite à l’AFP, qu’elle évoquait "uniquement le cas des enfants étrangers en situation irrégulière."

Le principe républicain d'égalité d'accès au service public de l'Éducation est un principe de droit commun. Il doit s’appliquer à tous, sur tout le territoire, quels que soient leur nationalité, leur statut migratoire ou leur parcours antérieur, sans distinction ni exception. 

Je tiens à rappeler ici que c’est l’honneur de la République française de garantir aux enfants, à tous les enfants, le droit à l’éducation, c'est à dire le droit à un avenir. Par ces mots, que je condamne avec la plus grande force, Mme Le Pen fait preuve tout autant de son indifférence la plus totale à des situations humainement terribles affectant de jeunes enfants, que sa méconnaissance de tous les principes républicains et de toutes les conventions internationales dont la France est signataire : 

  • La déclaration universelle des Droits de l’Homme dans son article 26 affirme que "toute personne a droit à l'éducation. L'éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l'enseignement élémentaire etfondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire." 
     
  • La convention internationale relative aux Droits de l’Enfant dans son article 28 garantit que "les États parties reconnaissent le droit de l’enfant à l’éducation, et en particulier, en vue d’assurer l’exercice de ce droit progressivement et sur la base de l’égalité des chances" et rappelle que ces États "rendent l’enseignement primaire obligatoire et gratuit pour tous."
     
  • L’article 2 de la Convention européenne des Droits de l’Homme dans son protocole additionnel, article 2, affirme que "Nul ne peut se voir refuser le droit à l’instruction. L’Etat, dans l’exercice des fonctions qu’il assumera dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement, respectera le droit des parents d’assurer cette éducation et cet enseignement conformément à leurs convictions religieuses etphilosophiques." 
     
  • Le Code de l’Éducation de la République française dans son article L131-1 rappelle que "l'instruction est obligatoire pour les enfants des deux sexes, français et étrangers, entre six ans et seize ans."

Cette déclaration vient abîmer l’image de notre pays et rappelle à tous ceux qui semblaient l'oublier que Mme Le Pen refuse de s’inscrire dans le cadre républicain qui forge l’histoire et la force de notre Nation.   

En tant que ministre en charge de l’Éducation nationale de la France, je continuerai à me battre sans relâche pour que le droit à l’éducation soit respecté pour tous les enfants. 

Le combat pour l'éducation de tous les enfants est un combat contre l'ignorance, source de toutes les violences et de tous les extrémismes, en France comme partout dans le monde.   



Najat Vallaud-Belkacem,
Ministre de l’Éducation nationale,
de l’Enseignement supérieur et de la Recherche 

Mise à jour : décembre 2016

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est officiel

Consultez les dates des vacances scolaires :

Les dates des vacances scolaires

Consultez les textes réglementaires publiés chaque jeudi :
Le Bulletin officiel
Le Bulletin officiel (Le B.O.)

DISPOSITIF VIGIPIRATE
"sécurité renforcée - risque attentat "

Consignes de sécurité applicables dans les établissements relevant du ministère


Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale

Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale

saisir les services de l'État

Saisir les services de l'État



LABEL RESPECT ZONE CONTRE LA CYBERVIOLENCE