• 1
    • 1/ Qu'apporte la semaine de 4 jours et demi aux élèves ?
  • 2
    • 2/ Qu'apporte la semaine de 4 jours et demi aux enseignants ?
  • 3
    • 3/ Comment a été prise cette décision ?
  • 4
    • 4/ Y a-t-il des conséquences sur la fatigue ?
  • 5
    • 5/ Qui encadre les nouvelles activités ?
  • 6
    • 6/ Qui va payer ?
  • 7
    • 7/ Quels rythmes pour la maternelle ?
  • 8
    • 8/ Cette réforme crée-t-elle des inégalités ?
  • 9
    • 9/ Quels sont les bénéfices, pour les élèves, des activités après la classe ?
  • 10
    • 10/ Que va-t-il se passer à la rentrée 2014 ?

6/ Qui va payer ?

Dans le cadre de la priorité qu'il donne à l'éducation, le Gouvernement participe au financement de cette réforme, qui permet d'améliorer la répartition du temps scolaire et de faire accéder davantage d'écoliers à des activités après la classe.

Un fonds d'amorçage de 250 millions d'euros, débloqué dès 2013, accompagne les communes dans sa mise en œuvre. Il les aide à redéployer les activités périscolaires déjà existantes (notamment celles organisées actuellement le mercredi matin), et à en proposer de nouvelles.

L'allocation des aides tient compte des inégalités : chaque commune reçoit 50 euros par an et par enfant scolarisé, et les communes les plus en difficulté (celles situées en zone urbaine sensible ou en zone rurale revitalisée) bénéficient d'un soutien financier supplémentaire portant cette aide à 90 euros par enfant.

La Caisse nationale des allocations familiales s'engage également en créant une nouvelle aide pérenne de 54 euros par an et par enfant pour aider les communes à organiser les activités périscolaires de loisir.

Enfin, pour les communes qui passeront à la semaine de 4,5 jours en 2014, le Premier ministre s'est engagé à prolonger les aides l'année prochaine, avec le même système d'attribution.