• 1
    • 1/ Qu'apporte la semaine de 4 jours et demi aux élèves ?
  • 2
    • 2/ Qu'apporte la semaine de 4 jours et demi aux enseignants ?
  • 3
    • 3/ Comment a été prise cette décision ?
  • 4
    • 4/ Y a-t-il des conséquences sur la fatigue ?
  • 5
    • 5/ Qui encadre les nouvelles activités ?
  • 6
    • 6/ Qui va payer ?
  • 7
    • 7/ Quels rythmes pour la maternelle ?
  • 8
    • 8/ Cette réforme crée-t-elle des inégalités ?
  • 9
    • 9/ Quels sont les bénéfices, pour les élèves, des activités après la classe ?
  • 10
    • 10/ Que va-t-il se passer à la rentrée 2014 ?

8/ Cette réforme crée-t-elle des inégalités ?

Avant la réforme, seuls 20% des écoliers avaient accès à des activités sportives, culturelles ou de loisirs le mercredi matin, et les inégalités d'engagement des communes dans les activités périscolaires allaient de 1 à 10.

C'est aux enfants des communes et des territoires les plus pauvres que la semaine de seulement 4 jours était le plus préjudiciable car ils étaient livrés à eux-mêmes, devant leur télévision par exemple. Ainsi, les nouveaux rythmes scolaires révèlent les inégalités existantes et permettent de les corriger.

Avec la réforme, 80% des écoliers participeront à des activités périscolaires auxquelles ils n'auraient sans cela jamais eu accès et qui leur permettront de faire de nombreuses découvertes.

L'État et la CNAF financent la réforme pour toutes les communes, mais sensiblement plus pour les communes défavorisées (144 euros par enfant et par an, contre 94 euros pour les autres).