Annuler

*Tous les champs sont obligatoires

Fermer
Fermer

Vous devez mettre à jour la version de votre Adobe Flash Player pour regarder cette vidéo.
Téléchargez-le sur Adobe

Fermer

Une vraie formation initiale et continue

  1. Diminuer la taille du texte
  2. Augmenter la taille du texte
  3. Imprimer la page
  4. Télécharger le pdf

70 %

c’est la proportion des nouveaux enseignants qui se retrouvent à plein temps devant leurs classes sans véritable formation pédagogique et sans avoir rencontré un seul élève

2

c’est le nombre moyen de jours de formation continue par an pour les enseignants du premier et du second degrés (par rapport au public potentiel)

Une vraie formation initiale et continue

Constat

En raison de la réforme de la formation des enseignants de 2009, dite de la « masterisation », qui a notamment supprimé l’année de stage, la grande majorité des nouveaux enseignants se retrouvent en responsabilité devant des élèves sans véritable formation pédagogique et sans avoir jamais eu à gérer une classe. Cette dégradation de la formation des jeunes enseignants est unanimement condamnée car il s’agit d’un enjeu majeur pour l’École de demain et pour la réussite des élèves. En effet, toutes les études montrent que la performance d’un système scolaire repose essentiellement sur la qualité des pratiques d’enseignement sur le terrain et que les progrès des élèves dépendent de manière significative des compétences de leurs enseignants. S’assurer que ces derniers possèdent les connaissances et aptitudes requises participe donc d’une stratégie globale de réussite éducative.

 

Termes du débat

L’enjeu ne saurait être de revenir à la situation antérieure, d’autant que le principe de l’intégration de la formation des enseignants dans des cursus universitaires longs est largement partagé. La concertation devra en revanche se pencher sur le contenu de la formation initiale des enseignants : quel rôle pour les futures écoles supérieures du professorat et de l’éducation, qui devront proposer des formations alliant enseignements théoriques, pédagogiques, pratiques et stages sur le terrain ? Quelle entrée progressive dans le métier d’enseignant ? Quel système de pré recrutement, afin de garantir à tous l’accès à cette profession et afin de redonner son attractivité au métier d’enseignant ?

 

La formation continue, aujourd’hui abandonnée, devra redevenir une priorité et être au cœur des réflexions. Quelle organisation et quel contenu de la formation continue faudrait-il pour permettre d’offrir aux enseignants en poste des modules adaptés à leurs besoins et aux besoins des élèves et pour enrichir leurs pratiques pédagogiques (numérique, enseignement artistique et culturel, pédagogie adaptée pour les élèves à besoin éducatif particulier, etc.) ?