Annuler

*Tous les champs sont obligatoires

Fermer
Fermer

Vous devez mettre à jour la version de votre Adobe Flash Player pour regarder cette vidéo.
Téléchargez-le sur Adobe

Fermer

Une école attentive à la santé des élèves

  1. Diminuer la taille du texte
  2. Augmenter la taille du texte
  3. Imprimer la page
  4. Télécharger le pdf

71 %

c’est le taux de réalisation de la visite médicale prévue pour les enfants entre 5 et 6 ans sur l’ensemble du territoire français

9 000

c’est le nombre de médecins et infirmiers scolaires (1 500 médecins et 7 500 infirmiers)

30 %

c’est la proportion de postes de médecins et d’infirmiers scolaires non pourvus en 2010

Une École attentive à la santé

Constat

La politique de santé à l’École contribue à la réussite et au bien-être de tous les élèves. Elle participe, aux côtés des familles, à la formation de l’élève en tant que personne et que citoyen, dans un double objectif de respect de soi et des autres.

Cette politique revêt deux dimensions essentielles et complémentaires.

La première est le suivi de la santé des élèves. Il s’agit de contrôler l’état de santé des enfants afin de déceler le plus tôt possible tout problème susceptible d’avoir une incidence sur la santé et les apprentissages (troubles de la vue, de l’audition, du langage, du comportement, etc.) et de permettre une prise en charge adaptée des enfants ayant des besoins spécifiques. Cette mission est assurée par les quelque 1 500 médecins et 7 500 infirmiers de l’éducation nationale. Mais le taux de réalisation des visites médicales et la régularité du suivi sont insuffisants et varient beaucoup d’une académie à une autre. Il apparaît donc nécessaire de réfléchir à une révision des modalités d’organisation et de mise en œuvre de ce suivi afin d’en garantir l’effectivité et la qualité partout et pour tous.

La seconde dimension est l’éducation à la santé. Cette dernière a pour but de sensibiliser les élèves à un certain nombre de problématiques liées à la santé, de leur permettre d’adopter des comportements responsables vis-à-vis d’eux-mêmes comme d’autrui et de les préparer à devenir des citoyens à part entière. Elle est prise en charge par les équipes éducatives, souvent sous l’impulsion du comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC), et est structurée autour de sept priorités adaptées selon l’âge des élèves : l’hygiène de vie (hygiène générale, sommeil, etc.) ; l’éducation nutritionnelle et la promotion des activités physiques ; l’éducation à la sexualité, l’accès à la contraception, la prévention du sida et des infections sexuellement transmissibles ; la prévention des conduites addictives (tabac, alcool, cannabis, etc.) ; la prévention des « jeux dangereux » et la lutte contre le harcèlement ; la prévention du mal-être ; la formation à l’apprentissage des gestes de premier secours. Cependant, là encore, on observe des différences importantes selon territoires et toutes ces priorités ne font pas l’objet d’une attention suffisante. La concertation devra donc notamment porter sur la manière de mieux cibler les besoins spécifiques de chaque école ou établissement et de mieux accompagner les personnels chargés de cette éducation à la santé.