Annuler

*Tous les champs sont obligatoires

Fermer
Fermer

Vous devez mettre à jour la version de votre Adobe Flash Player pour regarder cette vidéo.
Téléchargez-le sur Adobe

Fermer

Le lycée de la réussite

  1. Diminuer la taille du texte
  2. Augmenter la taille du texte
  3. Imprimer la page
  4. Télécharger le pdf

71,6 %

c’est la proportion de bacheliers dans une génération en 2011

40,7 %

c’est le pourcentage des enfants d’ouvriers non qualifiés qui obtiennent le baccalauréat. C’est 87,6 % pour les enfants de cadres supérieurs

Le lycée de la réussite

Constat

Le lycée n’est pas l’étape de réussite du système éducatif permettant à tous les élèves de France de s’orienter avec succès vers l’enseignement supérieur.

Le lycée, par son fonctionnement, voit lui-même des élèves le quitter et ne permet plus d’augmenter significativement la réussite au baccalauréat, qui stagne depuis 1995, l’amélioration lente étant due au baccalauréat professionnel. La réforme en cours, qui vise à mieux accompagner les élèves, peine à donner des résultats probants, et n’a pas concerné le baccalauréat. De plus, les séries du lycée général sont, à l’évidence, déséquilibrée au profit de la voie S qui est de plus en plus considérée comme la voie généraliste d’excellence ; ainsi, plus de la moitié des bacheliers S n’optent pas par la suite pour une carrière scientifique et se dirigent vers des voies qui ne leur sont pas naturellement destinées. Cela pose notamment le problème de l’articulation du lycée avec l’enseignement supérieur, où de nombreux élèves des voies technologique et professionnelle ne trouvent ni les places ni la réussite qui devraient être les leurs dans ces filières.

 

Termes du débat

Construire le lycée de la réussite implique d’abord en amont une orientation choisie et non subie, ce qui passe par l’obtention par tous les élèves du socle commun de connaissances et de compétences, objectif majeur de la scolarité obligatoire. Comment, alors, faire de l’articulation 3e-2nde le moment d’une orientation décidée par et pour l’élève en fonction de ses appétences et de ses possibilités ? Comment organiser les voies et les séries, définir leurs objectifs et leurs enseignements, pour qu’elles accompagnent les élèves en leur permettant de construire leurs parcours en fonction de leurs projets et de leurs talents ? Comment équilibrer les séries de la voie générale pour qu’elles correspondent à des vocations ou à des choix d’orientation professionnelle ?

Comme la réussite du lycée est également conditionnée, en aval, par celle des études supérieures pour tous les élèves qui ne s’arrêteront pas au baccalauréat professionnel, l’enjeu est en premier lieu celui d’un parcours réussi de la 2nde jusqu’au BTS, au DUT et/ou la licence. Comment réussir cette continuité [bac-3, bac+3], autre grande structuration du système éducatif après celle de la scolarité obligatoire ? Quelles mesures prendre pour que les élèves trouvent, dans l’enseignement supérieur, les places et la réussite qui devraient être les leurs à partir de leur parcours en lycée ?