Annuler

*Tous les champs sont obligatoires

Fermer
Fermer

Vous devez mettre à jour la version de votre Adobe Flash Player pour regarder cette vidéo.
Téléchargez-le sur Adobe

Fermer

La prévention du décrochage scolaire

  1. Diminuer la taille du texte
  2. Augmenter la taille du texte
  3. Imprimer la page
  4. Télécharger le pdf

140 000

c’est le nombre de jeunes qui sortent chaque année sans diplôme du système éducatif

12,8 %

c’est la proportion de jeunes Français âgés de 18 à 24 ans sortis du système éducatif sans avoir obtenu un BEP, un CAP ou un baccalauréat

La prévention du décrochage scolaire

Constat

La lutte contre le décrochage scolaire représente un défi considérable pour notre pays et un enjeu majeur en termes de cohésion sociale et d’équité de notre système éducatif. Malgré les campagnes de repérage des décrocheurs menées chaque année, ce phénomène touche encore aujourd’hui un trop grand nombre de jeunes : en 2010, l’INSEE estimait à 12,8 % la proportion de jeunes Français âgés de 18 à 24 ans sortis du système éducatif sans avoir obtenu un BEP, un CAP ou un baccalauréat.

Ces chiffres révèlent les difficultés de notre système éducatif à donner une qualification à tous les jeunes et à prévenir, en amont, l’échec scolaire. Ils sont un indicateur de sa difficulté à réduire les inégalités de départ.

Le décrochage scolaire a des conséquences sociales lourdes : des jeunes en déshérence, parfois désocialisés et avec de faibles perspectives d’emploi, car le diplôme reste dans notre pays un facteur déterminant de l’insertion professionnelle. Il a également d’importantes conséquences économiques, à travers le coût des remédiations et les coûts sociaux qu’il engendre.

Les causes du décrochage scolaire sont multiples. Bien sûr, les sorties précoces du système éducatif ne constituent que la partie visible de l’échec scolaire et du décrochage progressif qui commence souvent dès le primaire, mais un certain nombre de causes plus spécifiques peuvent être identifiées : le sentiment des élèves d’être « enfermés » dans des choix d’orientation souvent subis et mal préparés en amont ; le recours excessif au redoublement et aux exclusions de cours ; une tendance à la dévalorisation de l’École et du travail ; l’influence de l’environnement social et familial.

Termes du débat

La concertation devrait donc réfléchir à la mise en place d’une politique plus volontariste et plus efficace reposant sur un pilotage solide, tant au niveau national qu’au niveau académique et des établissements. Quels projets et méthodes pédagogiques développer pour redonner aux élèves les plus en difficulté le goût de l’école ? Comment mieux former et associer les enseignants au repérage des signes annonciateurs du décrochage ? Comment créer les conditions pour que chaque élève puisse construire son orientation à son rythme et que ses choix soient respectés ? Quelles mesures mettre en œuvre, en partenariat avec l’ensemble de la communauté éducative, les collectivités locales et les représentants du monde professionnel pour qu’aucun jeune en voie de sortie du système scolaire ne soit laissé sans solution ?

Les travaux de la concertation s’inscriront notamment dans le cadre de l’objectif présidentiel de réduction de moitié du nombre de jeunes qui sortent du système scolaire sans diplôme.